fbpx
Au début du siècle, le mouvement de colonisation s’amplifie au Lac-Saint-Jean. Entre 1901 et 1911, la population augmente de 10 000 personnes. La région compte 27 111 habitants. L’agriculture et l’industrie forestière contribuent activement à ce développement. Les scieries et les pulperies ceinturent la région, grâce au potentiel hydroélectrique et forestier. Sur le lac Saint-Jean, la navigation témoigne d’une grande activité économique. Compte tenu du temps qu’il faut pour parcourir la région à cheval et des conditions routières difficiles, il devient beaucoup plus efficace de transporter bois, marchandise et colons par bateau. À cette époque, Roberval est le terminus de la navigation et celui du chemin de fer. Entre 1902 et 1920, le bateau à vapeur le Nord transporte marchandises et passagers entre Roberval et Péribonka.