En 1908, lors d’un voyage en Europe, monsieur et madame J.-E.-A. Dubuc ont l’insigne honneur d’être admis auprès du pape Pie X. Lors de cette rencontre, le pape leur remet des bénédictions pour les contremaîtres de la Compagnie de pulpe. En revenant au Canada, madame Dubuc propose à son mari d’organiser un banquet pour remettre ce précieux souvenir. Une invitation est alors envoyée aux contremaîtres et une circulaire aux ouvriers. Ces derniers sont invités à prendre part à un concours où leur intelligence et leur débrouillardise seront mis à profit au service de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi. Les quatre prix de 25 $ en or seront remis lors de ce banquet. C’est ainsi que de 1908 à 1912, les contremaîtres et quelques ouvriers sont conviés à un banquet chez le grand patron. L’ambiance était joyeuse et la camaraderie y régnait. Les repas étaient copieux et on ne manquait pas de porter des santés au Pape, au roi, au clergé et à la paroisse Sacré-Coeur, à la presse et aux dames. Victimes de leur succès, les Dubuc ont mis fin à ces banquets, leur résidence ne pouvant plus contenir le nombre élevé d’invités qui devait y être convié.

BAnQ, fond Dubuc