fbpx

 

Mais où nous mènera l’imagination de Martin Giguère cette année? Que composera-t-il comme scénarisation autour d’un procès en 1920? Et comment Guylaine Rivard mettra-t-elle en scène la pièce de théâtre? Où est-ce que sa création nous conduira? Serez-vous des nôtres pour le découvrir? Les billets sont en vente au coût de 25 $ : www.reservatech.net

La Société historique du Saguenay est extrêmement fière d’accueillir Martin Giguère comme dramaturge et Guylaine Rivard comme metteuse en scène dans la grande famille du Procès à l’ancienne 2020. Martin est codirecteur général et artistique et dramaturge maison au Théâtre du Faux Coffre et Guylaine est directrice générale et artistique au Théâtre CRI. Présentement en processus de création, les deux collègues vous livreront très bientôt un avant-goût du spectacle.

Le Procès à l’ancienne est la campagne de financement annuelle de la Société historique du Saguenay. C’est plus d’une centaine de bénévoles et partenaires qui contribuent au projet pour la mise en scène de notre histoire, avec une pointe à l’actualité! Les 27 et 28 mars à 19 h 30 à la salle François-Brassard au Cégep de Jonquière se produira la 4e édition du Procès à l’ancienne, cette fois, sous le contexte de l’année 1920. Vous voulez rire un bon coup, vous moquer des stéréotypes de l’époque, plaisanter sur des faits d’actualité, ou simplement s’amuser aux dépens des personnes sur scène? Pourquoi pas! C’est l’endroit idéal, aucun tabou n’est épargné!

 Si l’an passé, colons et cultivateurs sont au cœur des préoccupations, ce sont les ouvriers qui, cette année, entrent en scène. Plusieurs assemblées et conventions syndicales ont lieu au cours de l’année. Contrairement à leurs homologues européens et américains, nos travailleurs régionaux font très peu – ou pas du tout – de vagues. La question qui enflamme les rédacteurs du Progrès du Saguenay est celle de la neutralité religieuse au sein des syndicats. Il est absolument impensable qu’une association ouvrière ne soit pas encadrée par l’Église. Contrairement au climat des années précédentes, l’air du temps en 1920 est empreint de prospérité et de confiance en l’avenir. La région est en plein développement, on prédit un boom économique!

But financier

La Société historique de Saguenay désire recueillir trente-cinq mille dollars (35 000,00$) en don et en vente de billets de spectacle lors de cette campagne de financement annuelle. Les fonds seront réinvestis dans l’accomplissement de la mission de la Société historique du Saguenay, c’est-à-dire dans le traitement de fonds d’archives, dans la numérisation d’instrument de recherche ou encore dans la mise en valeur de documents d’archives par le biais de nos réseaux organiques.