Portail de recherche dans les archives de la Société historique du Saguenay

Archives en ligne - Recherche dans les archives historiques    (consultation sur place seulement)
  Recherche simple
Chercher le(s) terme(s) dans Trier par
  

Requête externe : Document 1 / 1
P0348
Fonds Saint-Jean-Vianney
- 1965-2019. - 23,34 Mo de documents textuels numériques : Les fichiers d'origine sont au format MOV. Les fichiers compressés et destinés à la consultation sont au format MPEG. - 49 enregistrements vidéos numériques. - 0,6 cm de documents textuels.

Histoire administrative :
Saint-Jean-Vianney (ainsi nommé en l'honneur du curé d'Ars) est une subdivision du secteur Shipshaw de la ville de Saguenay et un ancien village de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean au Québec (Canada). Le 4 mai 1971, un glissement de terrain majeur entraîne une partie de la municipalité et cause la fermeture définitive du village. Situé à l'est de la rivière Shipshaw, au sud de la route 172 et à l'ouest de Canton Tremblay, le hameau compte 1 308 habitants lors de l'évacuation de mai 1971. On appelait ses résidents les Viannois et les Viannoises. Depuis décembre 1971, le territoire est inoccupé et un ordre d'évacuation permanent est en vigueur sur les terrains de l'ancienne municipalité ; le développement résidentiel y est proscrit.

Avant 1971
La colonisation de Saint-Jean-Vianney remonte à la seconde moitié du XIXe siècle. C'est d'abord un hameau agricole qui se développe lentement puis devient, en 1935, une municipalité de paroisse. Il obtient le statut de village en 1952 et croît rapidement au cours des années 60, époque où la majeure partie des infrastructures sont installées et les routes d'accès au village sont améliorées. Le glissement de terrain1 du 4 mai 1971 fait 31 morts en emportant 41 résidences et freine toute occupation humaine permanente du territoire. L'économie du village, qui, au début du XXe siècle, s'appuie sur l'agriculture et l'exploitation forestière, devient dépendante de l'économie d'Arvida, Kénogami et Jonquière à mesure que de plus en plus de travailleurs de ces villes y élisent domicile dans les années 60.

Le soir du 4 mai 1971
Il était 22 h 50, en pleines séries éliminatoires de hockey. Les Canadiens de Montréal jouaient contre les Black Hawks de Chicago. Télédiffusée tard le soir, cette série a gardé plusieurs personnes éveillées, ce qui a sauvé quelques vies. Tout à coup, un bruit bizarre se fit entendre et les gens sortirent de chez eux. Ils constatèrent que la terre bougeait3 sous leurs pieds. Une partie du village de Saint-Jean-Vianney était en train de s'effondrer. La population, dans l'obscurité et ne sachant même pas ce qui se passait, fut prise de panique. Durant la nuit, une quarantaine de maisons et une trentaine d'autos furent engouffrées dans un énorme trou de boue. Le cratère couvrait une superficie d'environ 32 hectares (quatre-vingts acres) et sa profondeur variait entre cinquante et cent pieds. Quinze millions de tonnes d'argile et de sable furent emportés jusqu'à la rivière Saguenay. Une seule victime du glissement fut retrouvée durant la nuit, sur le toit d'une automobile. Le torrent de boue alla même jusqu'à emporter le pont de la ville allant vers Chicoutimi-Nord. Cette nuit passa à l'histoire du Saguenay et du Québec.

Relocalisation
Dès le lendemain, et jusqu'en décembre, on procéda à la relocalisation des citoyens de Saint-Jean-Vianney. La plupart des gens sont partis vivre à Arvida sur des anciens terrains appartenant à Alcan4. On y transporta les maisons une par une jusqu'à leur futur emplacement. L'église de Saint-Jean-Vianney a été démolie par Renald Grenier, entrepreneur, et ses restes incendiés. L'église de Shipshaw a été construite sous les soins de l'abbé Égide Boulianne avec l'argent provenant de la Société d'habitation du Québec (SHQ). Environ 201 maisons furent relocalisées à Arvida par la SHQ, 2 relocalisées par leur propriétaire à Chicoutimi-Nord et 13 par leur propriétaire à Shipshaw. Les nouvelles rues de la ville d'Arvida ont été construites par la SHQ et terminées pour le 15 décembre 1971. L'essentiel du déménagement des maisons était terminé le 15 décembre 1971. L'hôpital d'Arvida n'a rien à voir avec les événements de Saint-Jean-Vianney. Tous les travaux de relocalisation de Saint-Jean-Vianney furent payés par le gouvernement du Québec, Division Société d'habitation du Québec. Ils ont coûté environ 8,6 M$ en 1971.

Source : Wikipédia

Historique de la conservation :
Les documents de la série 1 ont été produits en 2019 par la Ville de Saguenay dans le cadre d'un projet de collecte de mémoire : Il y a 50 ans, Saint-Jean-Vianney; l'histoire d'un village. La Ville de Saguenay les a cédés à la Société historique du Saguenay le 18 novembre 2019. Des documents donnés par Georges-Émile Gravel, l'un des participants, sur le Club Via ont été intégrés au fonds (P0348, S01, D12, P04).

Portée et contenu :
Le fonds est constitué des témoignages de trente personnes ayant vécu à Saint-Jean-Vianney en 1971.


Notes :

Instruments de recherche :
Archilog

Numéro séquentiel : 34789