La Société historique du Saguenay participe aux activités de la Semaine du patrimoine à Saguenay 2021. Une exposition de photographies d’archives est mise en valeur sur le pont de Sainte-Anne jusqu’au 31 mars afin de souligner sa citation patrimoniale par la Ville de Saguenay. En tout, 10 photographies relatent l’histoire de ce symbole identitaire.

Il est un exemple éloquent de modernité dont fait preuve le Saguenay–Lac-Saint-Jean tout au long du XXe siècle. Considéré comme étant l’un des plus modernes en 1933, il se distingue par son ampleur et sa singularité. Réclamé par la population depuis 1896, ce n’est que le 8 novembre 1931 que débutent les travaux de construction pour se terminer le 1er décembre 1933. Les coûts réels d’investissement s’élèvent à 1,2 million de dollars. Le pont de Sainte-Anne est ouvert à la circulation le 6 décembre de la même année. Sa longueur totale est de 2 995 pieds (913 mètres). La travée tournante, la plus longue en Amérique, est de 375 pieds (114 mètres) et permet une ouverture de 150 pieds (46 mètres) afin de laisser passer le trafic maritime. Le mécanisme permettant le mouvement de ladite travée mobile fonctionnait à l’électricité. Elle ne servit qu’à quelques reprises seulement, la dernière fois en 1957.